La photographie argentique, back to basics…

Nous sommes en 2013, 2014 approche à grands pas et pourtant, je me remets à la photographie argentique. Bien que je ne m’y sois jamais vraiment mis, j’ai quand même grandi à l’ère de l’analogique et les pellicules, négatifs et diapositives faisaient partie de mon jeune quotidien.
Mais depuis que je me suis passionné pour la photographie, je n’avais jamais repris la peine de photographier en argentique.

Mais pourquoi ?

Snobisme, effet de mode ?

J’aurais entendu un peu de tout à ce sujet, parfois beaucoup d’incompréhension de certains photographes. Même si je ne peux pas nier qu’il y a un vrai effet de mode — probablement initié par des bobos hipster —, c’est un récent échange sur Twitter et une incompréhension de ce mouvement qui m’a amené à la réflexion de ce billet.

Comme je le disais, j’ai grandi à l’ère de l’analogique et j’ai forcément usé quelques pellicules avec mon Agfamatic 2008 pocket sensor pendant ma jeunesse.
J’ai aussi passé pas mal de mercredi et samedi après-midi dans le labo du club photo de mon père pour savoir ce qui se passe dans les bacs de développement. J’ai d’ailleurs encore des souvenirs d’odeurs de produits chimiques en tête.

J’aime photographier au numérique, mais de temps en temps, j’éprouve un besoin de simplicité avec un boitier plus vieux que moi, retrouver une mécanique d’antan et ne plus consommer à la pelle des fichiers numériques, réfléchir un peu plus et retrouver une sensation presque oubliée, « l’impatience de la découverte de ses clichés ».

Je comprends de moins en moins cette volonté de faire de l’argentique. Qui m’explique?
_ Un @Twittos

Certains se demandent pourquoi utiliser un appareil photo avec plus de contraintes (temps de développement, réglages plus limités…) face à des boitiers numériques modernes qui nous laissent plus de confort et de souplesse.

Pourquoi rouler avec une vieille Triumph Bonneville des années 50’ alors qu’on pourrait avoir une moto moderne et confortable ?

Pour la même raison que j’utilise un vieux reflex des années 70’, pour le plaisir, pour le loisir ! Le plaisir de bricoler et entretenir son boitier et maitriser la prise de vue jusqu’au développement. Par passion, voilà c’est ça, par passion !

Avec quoi ? Le Canon EF !

Ça faisait des mois que j’étais à la recherche d’un reflex argentique, avec une idée bien précise, un Nikon FM2. Les annonces sur le marché étant assez chères, j’attends en m’offrant un Lomo Konstructor, juste pour le fun de le construire moi-même.

Vu son prix dérisoire, je ne me prive pas et je fonce sur cette maquette photographique. Une fois monté, je ne le sens pas… Je n’ai pas confiance, je ne suis pas sûr qu’il fonctionne… Je pourrais essayer une pellicule, mais finalement, il trouvera une place au-dessus de mon bureau, en guise de décoration.

Puis cet été, je suis allé voir mes parents, j’ai évidement parlé photo avec mon père et je lui ai fait part de ma volonté de me mettre à l’argentique et de mes recherches d’un FM2.
C’est là qu’il me sort une valise à trésors, remplie de vieux boitiers en me proposant d’en choisir un. Wouah ! J’ai les yeux qui brillent.

Le Canon EF, le plus abouti des reflex Canon à cellule analogique ?

Il y a des Nikon, mais bon, assez vieux et l’optique n’est pas des meilleures. Mais un beau Canon me fait du pied et même si c’est contraire à ma politique, je craque sur ce Canon EF et son 50mm f1.4.

La prochaine étape sera de développer moi-même mes premiers films N&B et de vous présenter tout ça.
En attendant, j’alterne entre numérique et argentique, en fonction de mes envies, de mes besoins. Jamais je ne ferais que l’un ou l’autre, j’aime ce luxe d’avoir le choix des outils comme je pourrais le faire en ne prenant que mon iPhone 5S pour photographier, mais ça, ça fera l’objet d’un autre billet !

10 Commentaires

  1. Répondre
    Christophe 17 octobre 2013

    Un article passionnant car il touche à ta passion et on sens dans tes mots ce qui t’anime. De même, l’argentique rejoint aussi ton souci de simplicité. Un article très personnel en somme. Tout ce que j’aime lire dans un blog.

  2. Répondre
    Greg 17 octobre 2013

    @CHRISTOPHE : Merci, c’est donc un billet réussi si j’ai réussi à faire ressentir ma sensation à travers des mots.

  3. Répondre
    Aurélien Calonne 17 octobre 2013

    J’aime bien ta comparaison avec les voitures, c’est exactement ça ! C’est juste pour le plaisir !

  4. Répondre
    Greg 17 octobre 2013

    @AURÉLIEN CALONNE : C’est en général l’argument que je donne quand je vois des gens me regarder avec des gros yeux, sans comprendre pourquoi je « m’emmerde » avec ça ! On ne crache pas sur les passionnés de vieilles bagnoles donc nous c’est pareil :)

  5. Répondre
    Vagabondanse 17 octobre 2013

    Une jolie vision de la photographie argentique au travers de laquelle je me retrouve (forcément!) :) notamment au travers de cette phrase « retrouver une mécanique d’antan et ne plus consommer à la pelle des fichiers numériques », ne pas être dans la surconsommation abusive, mais bien se focaliser sur l’essentiel aussi simple soit-il. Je crois bien qu’il n’y a véritablement que les passionnés purs, pour comprendre que ce n’est pas une question de « mode » mais que ca va bien au delà.

    « il me sort une valise à trésors, remplie de vieux boitiers en me proposant d’en choisir un. », le rêve ultime de tout passionné *_* J’imagine ta tête :) Un joli cadeau qu’il t’a fait là !

    • Greg 17 octobre 2013

      @VAGABONDANSE : Merci pour ton commentaire qui confirme mon point de vue. C’est vrai que c’est un beau cadeau qu’il m’a fait, je suis tellement heureux de faire revivre ce boîtier ;-)

  6. Répondre
    Arnone 19 octobre 2013

    Hello,
    occasionnellement, je shoote aussi avec de la peloch mais ça reste difficile d’avoir une production régulière uniquement en argentique (coûts de développement, délais,…) mais c’est vrai que le rendu et le grain d’une tri-X (ou autre) c’est quelque chose !

    Le top est de shooter en numérique comme en argentique (penser sa photo avant le déclic, ne pas déclencher de manière compulsive,ne pas regarder systématiquement le dos de son boitier et attendre d »avoir télécharger ses images sur son ordinateur pour découvrir les bonnes surprises…^^)
    Ne dit-on pas « Qui peut le plus peut le moins » ? ;)

  7. Répondre
    Greg 19 octobre 2013

    @ARNONE : C’est clair que d’un niveau production, c’est pas comparable. Mais tu as bien résumé ton point de vue proche du mien :-)

  8. Répondre
    Fred 14 mars 2014

    C’est toujours un plaisir de lire les passionnés de photo et notamment quand il s’agit de photographie argentique. Il y a ceux qui découvrent totalement le monde des sels d’argent, ceux qui reprennent leur ancien matériel et ceux comme moi qui n’ont jamais cessé de photographier avec une pellicule.
    J’entends aussi ce genre de réflexion concernant l’argentique. On me demande si c’est par nostalgie. Mais non, c’est mon outil de travail depuis plus de 20 ans. Même si j’ai commencé le numérique en 2003, les reflex ne m’ont pas fait lâcher mes 24 x 36 argentiques. Je consacre un budget de 40 euros par mois environ. C’est peu comparé aux abonnements téléphoniques de certaines catégories. Les appareils sont rentabilisés depuis longtemps maintenant. S’il fallait investir dans un boîtier de la même gamme, je devrais débourser au bas mot 2500 euros sans compter les accessoires indispensables, les objectifs chers capables de supporter l’exigence des gros capteurs pour au final essayer de retrouver la sensation d’une pellicule noir et blanc.
    Alors je te remercie de communiquer ta passion et d’expliquer tes choix avec ta sensibilité. C’est toujours une voix de plus pour la sauvegarde de pellicule.

    • Greg 15 mars 2014

      J’ai également rencontré un tireur d’art qui était content de voir que les gens continuent de faire vivre la pellicule ! Je pense que c’est une part de l’histoire de la photographie qu’il faut conserver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>