2 jours dans la brume normande

Il y a tout juste une semaine de cela, j’ai embarqué femme et enfant dans notre premier roadtrip familial. Depuis la naissance de ma fille en mars dernier, c’est la première fois que l’on partait dans d’autres conditions qu’une visite à la famille et c’est deux jours en camping-car à travers les routes du Cotentin qui feront office de test grandeur nature pour de nouvelles aventures à trois !
Voyager avec un bébé change beaucoup de choses, la logistique n’est pas la même, il y a des heures de biberons et pour ça, le camping-car familial est un excellent outil. Nous pouvions nous arrêter où bon nous semble, préparer à manger, dormir et se reposer en totale autonomie.



Même si on a la chance d’avoir un bébé plutôt cool qui ne dit pas grand-chose et accepte beaucoup de choses de ses parents, les séances photos sont de suite plus compliquées, je ne peux pas me permettre ce que je ferais tout seul et ces quelques images brumeuses (la brume ne nous aura pas lâché du séjour) sont le fruit d’une série de mini pauses durant lesquelles je m’échapperais pour prendre en main le Df et faire voler le drone.
Ce n’est pas tout à fait représentatif du séjour entier, car je n’ai pas toujours pu faire les images que je souhaitais, mais c’était un exercice très formateur pour la suite.




N’allez pas croire que voyager avec un bébé est impossible, ça se fait très bien, il faut juste s’organiser un peu différemment !

Mai 2016


Ci-dessus, souvenir d’un passage à Noirmoutier en début de mois.

C’est incroyable, nous sommes déjà au mois de juin, bientôt la moitié de l’année… Qui a dit que plus on vieillit, plus le temps passe vite ? C’est vraiment dingue et c’est à voir filer les mois les uns après les autres qu’il faut en profiter un maximum !
Revenir sur mon mois de mai risque d’être assez rapide, car j’ai peu de choses à vous raconter aujourd’hui. Non pas qu’il ne se soit rien passé, mais que ça reste dans la sphère du privé. Toutefois, je rappelle que j’ai publié ma FAQ hier soir et qu’un petit récit de roadtrip Normand est en cours de préparation. Vous pouvez également remarquer quelques vignettes en entête du blog, c’est un affichage des 10 dernières publications Instagram, je trouve cela assez sympa et ça met un peu de couleur tout en étant dynamique ! J’espère que vous apprécierez également !

Je profite de cet édito pour une petite réflexion sur le réseau Snapchat. Vu l’engouement autour du petit fantôme, j’ai décidé de tester une énième fois cette application qui est tout sauf ergonomique ! Même si je n’ai toujours pas tout capté, je crois comprendre l’intérêt autour des Stories (je mets de côté la messagerie instantanée). Les Stories, ce sont ces petites publications éphémères qui mélangent photos et vidéo pour partager en live notre vie, un voyage ou une activité particulière ! J’ai presque failli me laisser convaincre par ce nouveau support, mais très vite, je me suis demandé comment on pouvait encore profiter pleinement d’une expérience si on la vit à travers l’écran de son smartphone pour la partager sur Snapchat ?
Honnêtement, quand je suis en voyage ou en microaventure, vivre l’expérience sans distraction et sans notification est ma priorité, l’heure du partage arrive toujours quand on est de retour à la maison :-)

F.A.Q

Dans mon dernier édito, je vous avais proposé de me poser quelques questions dans un formulaire qui servirait à créer et alimenter une petite FAQ. Les questions ont été nombreuses, parfois identiques, mais toutes pertinentes et le plaisir d’y répondre aura été là !

Quel âge as-tu ?
Je suis né le 31 mars 1984.

Où vis-tu ?
J’habite à Brest, dernière grande ville continentale avant New York !

D’où vient le nom « Santadenn » ?
Santadenn veut dire Sensations en Breton. À l’origine, c’était le nom d’un projet que j’avais avec quelques potes, nous voulions créer un magazine en ligne de kitesurf et windsurf breton, à l’image de feu Emglev qui traitait le surf et bodyboard local.
Nous ne sommes jamais allés au bout du projet, le nom de domaine prenait la poussière et j’ai décidé de le recycler pour en faire mon blog personnel, le nom colle toujours à cet état d’esprit.

Comment gagnes-tu ta vie ?
Je travaille en tant que technicien des systèmes d’information pour une collectivité Brestoise à 90 % et les 10 % restants en tant qu’auteur photographe.

En quoi ta profession influence-t-elle ton travail sur la photo ?
Mon métier m’apporte une certaine aisance sur les systèmes informatiques et la compréhension des logiciels, ce qui est un atout pour organiser un workflow et utiliser des softs parfois complexes. Je pense que je gagne un temps précieux avec mes connaissances, ce qui me laisse plus de temps pour la photo et ma famille.
En général, j’évite de passer des heures sur mon écran à la maison, je préfère vivre des expériences en priorités et le Mac intervient en bout de chaîne, quand il faut post-traiter des images, monter une vidéo ou tenir mon blog à jour.

As-tu suivi une formation pour te former à la photographie ?
Je suis autodidacte à 100 %. Quand je me suis vraiment mis à la photo en 2006, j’ai lu énormément de tutos, magazines et suivi les conseils de mon père. J’ai testé beaucoup de choses pour comprendre le fonctionnement d’un appareil avant de trouver ma voix et mon style photo.

Est-ce qu’il t’arrive de faire des sorties photo avec d’autres photographes ?
En général, je préfère photographier seul, mais il m’arrive parfois de sortir avec des amis photographes qui ont la même approche que moi. En fait, je déteste les sorties photo de masse, façon club ou rassemblement où tout le monde va s’arrêter au même endroit pour faire la même image.

Prévois-tu d’organiser des stages ou workshops photo ?
Oui, c’est quelque chose de prévu. Avec mon ami Jeremy, nous avons monté une association et nous allons rapidement mettre en place un calendrier de stages en Bretagne ou dans les Alpes.

À quoi ressemble ton bureau ?
Pour l’instant, il ne ressemble plus à grand-chose, car la pièce qui me servait de bureau actuellement est devenue la chambre de ma fille. En revanche, je vais bientôt aménager dans une maison et un nouveau bureau y est prévu… Je ne manquerais pas de vous le présenter dans quelques mois.

Que trouvons-nous dans ton sac photo ?
Le contenu de mon sac est variable en fonction de la sortie ou du voyage en cours. Mais si je devais lister tout mon matériel, voici la liste :
Nikon Df / Nikon FM2/ Nikon L35AW-AF/ Samyang 14mm f/2.8/ Nikkor 24mm f2.8D/ Nikkor 35mm f/2D/ Nikkor 50mm f/1.8D/ Nikkor 70–200mm f/2.8 ED VR Ⅱ / Tamron 200–500mm f/5–6.3/ GoPro HERO4 Silver / Dji Phantom 3 Pro / Accessoires (trépieds, filtres, fixations GoPro, dôme, etc.)

Quel drone utilises-tu avec quel équipement ?
J’utilise un Dji Phantom 3 Pro depuis quelques mois. Je n’ai pas ou peu d’accessoires pour l’instant, je compte investir dans des filtres, un sac de transport et un par soleil pour le retour vidéo dans un premier temps.

As-tu un permis pour piloter ton drone ?
Non, mais j’ai pour projet de passer le brevet théorique d’ULM qui me permettra de proposer des prestations aériennes professionnelles. Aujourd’hui, je suis soumis à la législation en vigueur et tant que je la respecte et que je ne commercialise pas mes images aériennes, je peux voler et photographier en toute tranquillité.

Ton appareil indispensable ?
Après réflexion, je vais dire mon iPhone presque à contrecœur. À contrecœur, car je trouve dommage de privilégier un appareil technologique comme un outil indispensable, mais c’est bien le seul qui est capable de faire autant de choses (appareil photo, internet, GPS…). Sinon, j’aurais eu envie de dire un couteau ! J’adore les couteaux, j’en ai toute une collection et il ne se passe pas une journée sans que je n’en sorte pas un de ma poche.

Tu as appris le kitesurf en solo ou via une école ?
J’ai appris le kite par une école en 2003 dans le Finistère Nord. À l’époque, elles étaient peu nombreuses et nous étions peu à pratiquer le kite, contrairement à aujourd’hui. J’ai d’ailleurs raconté mon histoire avec le kite sur ce blog.

Qu’est ce que tu utilises comme paddle ?
J’utilise un paddle gonflable pour le côté pratique et parce que je n’en fais pas dans les vagues. Je préfère la randonnée et la pêche et mon choix s’est tourné vers un Sroka 12’6 Discover, la marque brestoise qui monte !
J’en suis vraiment content et je peux l’emmener un peu partout.

Quel est ton setup photo en paddle ?
Quand je suis en paddle, je suis souvent occupé à ramer (normal) ou à pêcher. J’emmène dans la plupart des cas ma GoPro que je fixe au harnais, au headstrap, à la pagaie ou sur le paddle (réglages : ProTune ON / GoPro Color / ISO 400 / WB AUTO / Sharpness LOW). Il m’arrive également parfois d’emmener mon Nikon L35AW-AF pour sortir une petite péloche aquatique.
Il faut savoir que j’ai également toujours mon iPhone dans une pochette étanche qui me permet également de faire quelques images.

Quel matériel outdoor utilises-tu pour tes microaventures ?
Mon équipement va dépendre de plusieurs choses comme la saison, l’endroit et de savoir si je peux me charger ou non, mais il y a bien quelques indispensables qui reviennent tout le temps comme un bon sac de couchage adapté aux températures du bivouac, ma tente McKinley Bike 2, mon réchaud à bois, des vêtements adaptés et un couteau. Après je complète avec d’autres accessoires si j’ai de la place, sachant que j’emmène toujours une partie de mon matériel photo donc moins je suis chargé, mieux je me porte.

Est-ce que tu écoutes des podcasts, et si oui lesquels ?
Pour être honnête, je n’ai jamais accroché au podcast. Dans le fond, je trouve ça bien, mais je n’ai pas le temps ni l’occasion d’en écouter. Je pense que si j’avais au moins 30mn de transport en commun chaque jour, je m’y mettrais, mais comme j’ai 5mn de voiture ou 10mn de vélo pour aller bosser, je n’en écoute pas.

Quels sont les logiciels que tu utilises le plus ?
Google Chrome est probablement le logiciel que j’utilise le plus. J’y utilise beaucoup de SaaS comme Gmail et Google Drive. C’est vraiment la porte ouverte à de nombreux services en ligne. Sinon, j’utilise beaucoup Lightroom qui reste l’outil informatique principal de ma production photo. Je pense que ce sont les deux logiciels que j’utilise le plus et qui me sont le plus pratiques.

Quels sont les logiciels que tu utilises pour rédiger tes billets, pour gérer tes prises de notes ?
Pour prendre des notes, j’utilise l’excellent Google Keep, en application ou dans sa version web. Pour la rédaction pure et dure, j’utilise ByWord sur Mac et StackEdit en application Google quand je suis sur un autre OS. Enfin, je publie mes articles sous WordPress qui fait tourner ce blog.

Avril 2016

Après un mois de mars plutôt riche en aventures et en émotions, je me demandais si je pourrais vous raconter quelques trucs pour mon édito du mois d’avril. Eh bien oui, car même avec un bébé en bas âge qui occupe beaucoup de mon temps libre, j’arrive à m’organiser pour profiter de petites sorties dans la nature, des microaventures et sessions de kitesurf !
Mon premier bol d’air aura été ma balade à Kermorvan dont j’ai déjà partagé le billet avec quelques images et une vidéo. Ça faisait pas loin d’un mois que je n’avais pas fait voler le Phantom et quelques jours après cette balade, il sera de nouveau dans les airs pour immortaliser quelques images de Kitefoil avec les potes sur un spot plutôt paradisiaque, une vision de la Bretagne qui contraste avec les tempêtes et le mauvais temps (une légende en passant).


Je réalise d’ailleurs que c’est ma quatrième vidéo publiée depuis le début de l’année, soit une par mois. 2016 sera l’année du coup de pied aux fesses côté vidéo. Après avoir filmé pendant des années sans rien monter par peur du ridicule, je me jette enfin à l’eau en publiant régulièrement des petits clips de ma création afin de progresser et apprendre encore et encore. J’ai même ouvert une chaîne YouTube !
Ce qui est marrant, c’est que je ne pensais pas me prendre au jeu de cette façon. Je dois reconnaitre que ça me plait énormément et même si j’ai toujours été attiré par ce support, je me suis toujours demandé si cela avait un intérêt en plus de la photographie. Non seulement c’est amusant et formateur, mais c’est surtout complémentaire ! Il est très facile de raconter d’autres choses, de compléter une série de photographie ou de documenter facilement certaines activités outdoor avec une GoPro alors qu’il serait difficile de le faire avec un appareil photo.

Je ne pourrais pas revenir sur ce mois d’avril sans parler de cette microaventure « Surf & Bivouac », la première de l’année après de nombreuses semaines de tempêtes et de mauvais temps qui m’empêchait de passer une nuit dehors.
C’est ainsi que j’ai embarqué mon pote Mike dans cette petite aventure pour partager quelques vagues tout en testant mon nouveau dôme pour GoPro et en plantant la tente le temps d’un bivouac durant lequel nous aurons observé les étoiles, seuls dans la nature.






Sinon, si vous n’avez pas vu passer l’info, j’ai également été interviewé pendant ce mois d’avril, tout d’abord pour le magazine « M » du journal Le Monde dans lequel je témoigne sur ma vie tôt le matin, puis sur le blog de Stampaprint. Il y a également quelques jolis mots à lire à propos de mon travail sur le site du Port d’Attache, un blog breton à mettre dans ses favoris si ce n’est pas déjà le cas.

Enfin, pour terminer cet édito plus long que prévu, je vais vous donner un peu de travail avec un formulaire dans lequel vous êtes libres de me poser une ou plusieurs questions à mon propos. Je reçois de nombreuses questions chaque jour à propos de mon travail, mon workflow, la Bretagne, mes activités outdoor, etc… Que j’ai décidé de mettre en place ce petit formulaire grâce auquel je vais récolter vos interrogations pour y répondre par la suite dans un billet spécial « FAQ ». Qu’en pensez-vous ?

Proposer une question !