Imogen

Voilà plusieurs jours que je surveille les forecasts météo et les prévisions pour ce lundi 08 février me font presque froid dans le dos. Ce « Black Monday » annonce une houle de 13 mètres, des rafales de 60 nœuds auxquels on rajoute un coefficient de marée de 97… Et des médias qui déconseillent d’aller trainer sur le littoral.
Je n’écouterais pas ce dernier conseil, et c’est avec prudence que j’irais observer et photographier cette tempête baptisée « Imogen » par certains, « Ruzika » pour d’autres. Ce n’est pas ma première tempête, j’ai une bonne connaissance de l’océan, mais je dois avouer que je suis vite impressionné quand j’arrive sur la route touristique entre Portsall et Porspoder.
C’est apocalypse sur l’eau, il est difficile d’imaginer des marins en mer et pourtant, nombreux sont ceux qui ont dû affronter ce coup de tabac.




Pour finir, je me suis rendu à la presqu’île Saint-Laurent, le moyen d’observer au plus près le phare du Four à 2,3 kilomètres de là, posé sur sa roche. Un gros grain me fit opter pour un gros bloc de granit, qui m’abritera du vent et de la pluie (enfin… En partie !).
Le grain passé, une belle éclaircie illuminera le Four, j’en profiterais ainsi pour shooter les séries qui frappent la tour de 28 mètres de haut. Derrière mon 500 mm, je fais en sorte de le maintenir le plus stable possible malgré les fortes rafales. J’ai les yeux qui pleurent et des embruns plein le visage — et c’est sans parler de l’état du filtre de mon objectif — ce qui me rend la tâche de plus en plus difficile.
Au bout d’une bonne trentaine de minutes face au phare, je me décide à rentrer au chaud pour découvrir enfin les clichés qui m’attendent sur la carte mémoire.


Janvier 2016

Encore un mois où je n’ai pas vu passer le temps ! Ce que je retiens de janvier, c’est la pluie et les tempêtes qui m’auront empêché d’avancer sur certains projets. Entre deux tempêtes, j’ai pu m’offrir quelques belles sessions de kitesurf, mais côté photo, ce n’est pas terrible.
Je suis tout de même sortie avec l’appareil les premiers jours de 2016 pour figer l’océan en furie et profiter des rares belles lumières entre deux grains.

Heureusement, j’ai eu quelques parenthèses ensoleillées sur lesquelles je me suis jeté pour profiter de la vie au grand air et essayer une nouvelle façon de faire des images…

See ya !

L’année des projets

Il y a un an, je disais que l’année 2015 serait riche en projets après avoir changé beaucoup de choses dans ma vie en 2014… Alors ? Est-ce que j’ai vu juste ?
En effet, car c’est un peu rincé que je termine cette année, pas encore à bout de souffle, mais bien content que les vacances prennent le relais pour recharger un peu les batteries et avancer vers 2016.

Explorer.

Explorer ne veut pas dire grand-chose. Je ne me considère par comme un explorateur comme Nicolas Vanier, mais plutôt comme un curieux de la nature qui aime découvrir et sortir de sa zone de confort de façon régulière. Pour cela, je pars en voyage avec Marion, un peu partout dans le monde selon nos envies et notre budget, mais aussi et surtout dans le Finistère où j’ai la chance d’habiter. De la chance, car je considère la Bretagne comme une des plus belles régions de France — oui, je suis un peu chauvin — et les plus riches en termes de contrastes et paysages. Il est donc très facile pour moi « d’explorer » non loin de mon domicile, à la journée ou sous forme de microaventures le temps d’un week-end.
Et avec des hobbies comme le kitesurf, le surf et le paddle-board, c’est autant de moyens complémentaires à mes chaussures de marche pour découvrir et profiter des cadres incroyables de ces terres de légendes.

Une fois de plus, j’en aurais bien profité pendant l’année 2015, même si je reste parfois sur ma faim, n’ayant pas pu boucler toutes mes idées et envies du moment, mais je suis malgré tout heureux d’avoir fait découvrir mes spots à Jeremy, un ami avec qui je partage beaucoup de points communs et avec lequel je passe toujours d’excellents moments, même s’ils sont rares. Je me serais également beaucoup amusé à vous faire découvrir ma vision de Brest à vélo, un article qui a eu pas mal de succès en local.
2015, c’est aussi deux voyages, d’abord quelques jours en Suisse et 3 semaines à l’autre bout du monde en Polynésie où nous aurons visité les îles de Tahiti, Moorea et Maupiti.

En 2016, les nombreux projets prévus ne devraient pas nous permettre de voyager, mais je compte bien profiter de chaque minute de temps libre pour prendre l’air et explorer ma Bretagne de différentes façons (j’ai quelques idées sous le coude… À suivre !)

Photographier.

Ma pratique de la photographie ressemble à celle que j’avais établie en 2014, à savoir photographier moins, mais photographier mieux. J’ai passé ma première année avec le Nikon Df, un succès et un coup de cœur confirmé pour ce boitier atypique à l’origine de nombreux débats sur internet. J’ai également revendu pas mal de matériel pour me balader plus léger, mais j’ai aussi investi dans un petit Nikon L35 AW pour m’amuser à photographier sur les terrains humides ou en voyage, même si la photo argentique ne représente que 5% de ma production annuelle, j’aime avoir le choix des armes.

En 2015, je me suis également décidé à me lancer dans des projets un peu plus gros, je commence à avoir un peu d’expérience dans le domaine et j’ai enfin décidé de me jeter à l’eau dans un domaine qui me faisait envie depuis longtemps. Je n’en parlerais pas pour l’instant, c’est un projet trop jeune pour en parler, mais j’espère pouvoir le dévoiler au cours de l’année 2016.
J’ai également un projet commun avec un ami précédemment cité dans ce billet, mais pour les mêmes raisons que le point précédent, je n’en dirais pas plus pour l’instant.

Bref, j’ai plein d’idées et d’envies, reste plus qu’à trouver le temps de tout faire !

Partager.

Ce blog a bien failli ne pas passer l’année, car c’est à plusieurs reprises que j’ai eu envie de le fermer. Mais après un bon break en février, j’ai décidé de continuer l’aventure, même s’il m’arrive toujours d’avoir l’envie d’arrêter, mais pour de mauvaises raisons je pense.
Le problème est que je culpabilise très vite si je ne publie rien régulièrement sur ce blog alors que c’est censé être tout sauf une contrainte. Ce blog fait partie intégrante de ma vie, mais il n’est pas ma priorité qui revient d’abord à ma famille, puis à mes passions… Et s’il me reste un peu de temps pour les partager, c’est sur ce blog que ça se passe, à mon rythme.
J’ai également profité d’une mauvaise manipulation de ma part pour refaire mon portfolio que je croyais perdu. J’en ai fait quelque chose de plus pro, avec une sélection plus drastique de mes images ainsi qu’une sélection de clichés sur les quelques séries en cours ou terminées. Ce blog vient seconder mon portfolio, un peu comme le journal de bord du photographe que je suis.

Le piège avec les réseaux sociaux c’est de passer trop de temps à admirer ce que font les autres et d’en oublier de vivre des belles choses soi-même. (Jeremy Janin)

Cette phrase de Jeremy frappe juste ! Je m’y prenais mal avec les réseaux sociaux, je passais trop de temps dessus à regarder ce que les autres faisaient que j’en oubliais presque de vivre mes propres aventures. Je n’ai pas pour autant tout lâché, car je me suis même recréé une page Facebook que je gère désormais plus intelligemment. J’ai également beaucoup appris d’Instagram qui prend la première place de mes réseaux favoris avec sa quantité d’images inspirantes. Enfin, je suis toujours sur Twitter, mais je tweete beaucoup moins qu’avant, n’ayant plus forcément l’envie de rentrer dans certains débats stériles qui animent un bon nombre de personnes sur la toile.
Je ne considère plus ces outils comme un passe-temps, mais comme des outils pour promouvoir mon activité de photographe.

On se follow ?
Instagram / Facebook / Twitter

Vivre.

En 2014, j’ai épousé la femme de ma vie et j’ai changé de job.
En 2015, c’est à deux que nous avançons dans la vie… Bientôt à trois, car un heureux événement est prévu pour le début du printemps prochain ! Mais comme ce n’est pas assez, l’autre gros projet de notre vie est la construction de notre maison qui devrait devenir notre petit nid pour l’été prochain.

Donc si vous vous souvenez du titre de ce billet, vous comprendrez pourquoi les projets sont nombreux et qu’il ne sera pas forcément évident de tout réaliser malgré la motivation, mais les journées ne font que 24 h. J’avoue avoir beaucoup d’incertitudes quant à ma façon de vivre dans les prochains mois, je ne sais pas trop à quoi m’attendre, même si je suis très heureux et impatient de découvrir ce futur proche.

2016 sera l’année des surprises, j’espère trouver le temps pour avancer sur tous mes projets, mais seul l’avenir nous le dira !

À bientôt et joyeuses fêtes !
Kenavo.

Popa’a’s Adventure Ep.6 — Le Film

Il y a quelques semaines, j’ai publié un court teaser de cette vidéo sur Vimeo. Aujourd’hui, c’est la vidéo qui clôture définitivement cette aventure et qui aura marqué l’année 2015 que je vous propose à travers ce billet.
Ces 2 minutes 30 nous plongent personnellement dans une nostalgie, j’espère qu’elles vous feront rêver.

Techniquement, tout a été filmé par Marion et moi-même avec notre ancienne GoPro Hero 3 Black Edition et dont les rushes ont été confiés à Jeremy pour un montage. (Je n’ose toujours pas publier mes propres montages, mais je m’entraine). :-)

Relire le journal du voyage :

Il est donc temps de laisser la Polynésie et de préparer les nouvelles aventures et projets qui nous attendent en 2016 !!